Aller à l'en-tête Aller au menu principal Aller au contenu Aller au pied de page
Accueil - Recherche - Manifestations scientifiques - Colloques 2012-2018

Colloques 2012-2018

Colloques 2012-2018
Les principaux colloques organisés ou co-organisés par le Carism

2ème Congrès de la Société pour l’histoire des médias (SPHM) "Rêver d’un autre monde. Médias, utopies et expérimentations de l’époque moderne à nos jours", 23-24-25 mai 2018, Université Paris 2 Panthéon-Assas

Dans un contexte de très forte critique des médias, où ils sont notamment accusés de faire le jeu du pouvoir politique et/ou économique, la deuxième édition du congrès de la Société pour l’histoire des médias vise à croiser les regards scientifiques sur les façons dont des médias ont au contraire pu porter l’espoir d’un changement social, en servant de supports et d’outils pour concevoir et construire un autre monde.
> Site internet de l'évènement

IAMHist Biannual Conference "Media and History: Crime, Violence and Justice", 10-13 juillet 2017 à Paris, Université Panthéon-Assas

La relation entre médias et les actes ou la représentation du crime, de la violence et de la justice évoluent dans l'histoire. Cette conférence étudie comment nous prenons en compte les conflits et la violence au travers des nouveaux formats de la production fictionnelle, des médias traditionnels. Une des questions principales traitées lors des sessions de cette grande conférence concerne les réactions de la société aux crimes et à la violence.
Icône PDF Voir le programme

Colloque "Les écritures du journalisme", 22-24 mars 2017, coordination Arnaud Mercier avec le GIS Journalisme

Ce colloque a organisé la réflexion des contributeurs autour de quatre axes, à partir d’une présentation de leurs résultats de recherches fondés sur des travaux empiriques, articulant étude des écritures et conditions de leur production, en faisant fi de toute séparation artificielle entre ce qui relèverait d’une analyse textuelle autonome et d’une étude des contextes d’écriture et de réception. Le premier axe contextualise historiquement les évolutions de l’écriture journalistique. Le deuxième interroge l’influence de l’organisation sur les productions d’information. Il s’agit ensuite d’apprécier la manière dont les technologies numériques et mobiles ouvrent de nouveaux horizons aux écritures journalistiques. Le dernier axe, enfin, revient sur les discours de célébration de l’écriture journalistique.
Icône PDF Voir le programme

Congrès de la Société pour l'histoire des médias "Penser l'histoire des médias", 26-27 mai 2016, Université Versailles Saint Quentin en Yvelines (co-organisation SPHM, USQV, Paris 2 CARISM) Bibia Pavard

Le premier Congrès de la Société́ pour l’histoire des médias (SPHM) s’est donné pour objectif de réunir des chercheuses et chercheurs français et étrangers, juniors ou confirmés, historiens ou spécialistes d’autres disciplines, autour d’un champ d’études commun : l’histoire des médias.
Ce congrès a dressé un état des lieux des évolutions institutionnelles et historiographiques de l’histoire des médias depuis son émergence, ces deux journées ont aussi eu pour projet de sonder les territoires d’étude les plus récents, de questionner les relations, les circulations et les frontières entre l’histoire des médias et les autres champs de l’histoire, tout en envisageant les affinités existant entre les historiens et leurs homologues des autres disciplines (SIC, sociologie, philosophie…).
> Site internet de l'évènement

Colloque avec ELICO (Equipe de recherche de Lyon en sciences de l'Information et de la Communication), Bauhaus-Universität Weimar & Internationales Kolleg für Kulturtechnikforschung und Medienphilosophie (IKKM), Birmingham Center for Media and Cultural Research "Les devenirs artistiques de l’information (Publics en résistance)", 7-8 juin 2015, coordination Frédéric Lambert et Katharina Niemeyer

Les médias généralistes participent à la valorisation de normes sociales qui peuvent ensuite être remises en cause à travers des performances tout à la fois artistiques (dessin, peinture, danse, photographie, musique...), ou exposées dans les lieux publics (sit-in, happening, graffiti, flash-mobilisations, ...). L'objet de ce colloque était donc d'interroger les conditions des alternatives esthétiques et politiques à l'information, en considérant comment les auteurs de performances et les artistes questionnent les contenus et les environnements médiatiques de l'information pour les contester ou pour prolonger différemment leurs échos.
Icône PDF Voir le programme

Colloque avec le CESSP Paris 1, le CRHEC Upec et le soutien du GID Île de France et de l’IEC: "Féminismes et médias (XIXe-XXIe siècle)", 15-16 janvier 2015, coordination Bibia Pavard

En s’inscrivant à la croisée des études pluridisciplinaires sur le féminisme, sur le genre et sur les médias, ce colloque entendait montrer l’apport d’une approche sociohistorique qui permet à la fois de réfléchir aux continuités et aux ruptures mais aussi de replacer les mobilisations féministes dans des contextes précis qui favorisent leur expression.
Les positionnements politiques féministes sont compris ici comme recouvrant un éventail très large d’orientations et d’actions, qui impliquent de penser ensemble des engagements s’inscrivant dans des sphères sociales variées (mouvement associatif, partis, champ intellectuel, institutions publiques, médias etc.), véhiculant des idéologies contrastées (radicale, modérée, conservatrice, réactionnaire…) et mobilisant des répertoires d’action différents (des plus contestataires aux plus conventionnels). Ce colloque a questionné cette diversité au regard des médias, pris au sens large incluant différents supports (presse, radio, télévision, internet), différents acteurs (journalistes, amateurs) et différents messages.
Icône PDF Voir le programme

Colloque avec IAMHist "Crisis, culture and propaganda in the 20th century", 5-9 janvier 2015, coordination Katharina Niemeyer

Cette conférence a réuni pour la première fois CARISM et l’Association Internationale d’Études Historiques sur les Médias et le Cinéma, IAMHist. Dans une perspective critique, les différentes présentations ont exploré les variations culturelles et historiques des études sur les propagandes durant les crises du XXe siècle. Ces travaux s'appuient sur des archives, la comparaison, des terrains d'études spécifiques autour des différents médias de masse. Avec la participation de nombreux chercheurs américains, anglais et scandinaves.

Colloque avec Paris 1, Paris 8, Université Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines et l’INA (Institut National de l’Audiovisuel) "Histoire des censures dans le monde, du XVIIIe siècle à nos jours", 6-8 février 2014, coordination Agnès Granchet et Katharina Niemeyer

Le colloque a proposé d’établir un état historiographique et synthétique des recherches relatives aux censures, au carrefour des différentes disciplines qui analysent le phénomène car les travaux existant ou en cours sont nombreux et ils émanent de l’ensemble des SHS comme des disciplines juridiques. Leurs champs d’observation, loin de se limiter au seul domaine politique, couvrent l’ensemble de la production culturelle, quels qu’en soient les supports, les lieux, les formes d’expression. Le projet, à vocation internationale et inscrit dans la longue durée, a permis d’évoquer une grande diversité de régimes et de contextes.
Ont été comparés et mis en perspective les discours de légitimation de la censure et les diverses raisons de censurer (politiques, religieuses, morales, etc…) ; le fonctionnement concret de la « machine censoriale », ce qui a permis d’étudier les diverses formes de contrôles et de contraintes qui entravent l’exercice des libertés d’expression (économiques, structurelles, techniques etc…) ; enfin les réactions, de contournement ou d’affrontement, les ruses et les tactiques, les attitudes individuelles ou collectives vis-à-vis de la censure, sans oublier l’autocensure.
Icône PDF Voir le programme

Colloque avec l'Université de Versailles St-Quentin en Yvelines, Paris 10, Paris 13 et Paris 7 "L'émotion, de l'espace privé à l'espace public XIXe-XXIe siècles", 11-13 avril 2013, coordination Hélène Eck

Ce colloque a proposé d’observer et d’analyser les flux et les reflux de l’émotion tels qu’ils s’expriment et circulent de la sphère de l’intime (correspondance, littérature personnelle, etc.) à la sphère publique (manuels de savoir vivre, fictions, médias). Il s’interroge sur la possibilité de dégager un régime contemporain des émotions en relation notamment avec l’essor des médias ; sur celle, plus précisément, de repérer des variations chronologiques dans l’appréciation des différentes émotions. Il s’interroge aussi sur les apports de ces instruments conceptuels forgés par d’autres, tels que les notions de communautés émotionnelles et de refuges émotionnels. Il se demande enfin comment les différents discours normatifs rendent compte, suscitent, mettent en forme, encadrent et utilisent les émotions ?
Icône PDF Voir le programme

Colloque avec la fondation W. Benjamin et l'Université catholique de Louvain "Les représentations médiatiques des communautés de croyance, Le rôle politique de la prière et du recueillement", 5-6 juin 2012, coordination Frédéric Lambert

Les dispositifs de la prière et du recueillement, les rassemblements et les rituels qu’ils supposent, sont des temps nécessaires pour la visibilité des communautés qui se rassemblent ainsi. Énoncés particuliers et jusqu’au silence, énonciations inattendues verticales et horizontales, attentes parfois d’un résultat quand la magie de la performativité de la prière s’en mêle, prières et recueillements dessinent les langues communes d’une société donnée à un moment donné. C’est ainsi que ces questions sont toujours prises dans l’actualité des sociétés : un présent de croyances, une fabrique politique, et leurs nécessaires médiatisations.
Le colloque s’est délibérément inscrit dans une approche pluridisciplinaire. Si la proposition émane de laboratoires de recherche en Sciences de l’information et de la communication, elle se réfère néanmoins aux sciences politiques, à l’anthropologie, à la sociologie, à l’histoire et aux sciences du langage pour penser la place de la prière et du recueillement dans l’espace public politique et leurs médiatisations.
Ce geste individuel et collectif, cette expérience partagée par toutes les sociétés, ne sont pas ici questionnés d’un point de vue théologique. Ce sont dans leurs contextes politiques que les représentations et les médiatisations de la prière et du recueillement sont interrogées.
Icône PDF Voir le programme