Accueil » Organisation de la recherche » Recherche contractuelle

ANR : RSCE


RSCE - Les ressorts sociaux de la conversion écologique

Axe thématique : "Les Sociétés et Territoires face aux CEP - Vulnérabilité, Adaptation et Mitigation"

Responsable

Jean-Baptiste Comby - Maître de conférences

Site du projet

https://sites.google.com/site/projetrsce/home

Résumé du projet

Le programme de recherche « Ressorts Sociaux de la Conversion Écologique » part du constat que le mode de vie qui règne dans les pays du nord est désormais désigné comme l’un des principaux responsables de l’augmentation de l’empreinte écologique. La « conversion écologique » des sociétés contemporaines repose donc sur la réforme des modes de vie. Ce projet porte sur le cas de la France en partant de l’analyse systématique des grandes enquêtes de la statistique publique sur le Logement, les Transports et les budgets de famille pour dresser une typologie sociale des « budgets carbone » des individus et/ou des ménages. Il s’appuie secondairement sur l’analyse d’enquêtes d’opinions et d’attitudes pour décrire l’espace social des attitudes et des pratiques environnementales. Afin de cibler plus directement l’empreinte carbone des modes de vie, on réalisera en outre une enquête statistique spécifique et inédite qui réunira dans un même questionnement à la fois des identifiants sociodémographiques usuels, des indicateurs sur le mode de vie, mais aussi sur le style de vie avec des indicateurs de sensibilité aux enjeux environnement et de positionnement politique. La production de ces données prendra place dans le cadre du tout nouvel équipement d’excellence DIME-SHS (Données, Infrastructures, Méthodes d’Enquêtes en SHS) qui met à disposition des chercheurs un échantillon aléatoire de 6000 personnes. Cette enquête s’appuiera sur les apports de l’enquête qualitative, portant sur le mode de vie et le positionnement normatif et politique en matière environnementale. Près de 300 entretiens seront menés en tout sur un échantillon stratifié par classe sociale, et trois populations très spécifiques : les usagers de l’automobile, l’avant-garde extrême en termes de mode de vie écologique, les entrepreneurs de « morale écologique » que sont les journalistes, militants, professionnels de la communication et experts. Le second axe de notre recherche visera à comprendre les ressorts sociaux qui permettent de comprendre la distribution des positions en étudiant les déterminants sociaux qui pèsent dans l’adoption des modes de vie dégagés par l’approche typologique du premier axe. Il importera d’analyser finement les normes de comportement véhiculées par la médiatisation des problèmes environnementaux, et à leurs effets socialement différenciés. On appréhendera les distinctions de classe en étudiant plus précisément des fractions de classe et en mettant en évidence les oscillations entre dépense ostentatoire et frugalité, selon des goûts culturellement et économiquement situés. Ces différences sociales recouvrent des questions de ressources culturelles, scolaires et extrascolaires, importantes dans l’adoption de pratiques qui rompent avec les habitudes ordinaires. Sera également envisagé le rôle du métier exercé sur le partage entre travail et hors-travail, et sur les savoirs-faires mobilisables dans la conversion écologique. La composition des ménages, en termes de rapports sociaux de sexe et de cohabitation générationnelle sous un même foyer (décisive dans les arbitrages domestiques qui pèsent dans la réforme de modes de vie) sera aussi étudiée de près. Cette vaste enquête qui entend combiner approches quantitatives et qualitatives, permettra d’établir le coût social de la conversion écologique des modes de vie, et de cibler les populations les plus perméables à ce type de discours et de pratique, ainsi que celles qui sont les moins dotées pour faire face à ce changement social. Notre hypothèse est que les prescriptions environnementales n’ont pas la neutralité sociale que leur confère le consensus construit autour des objectifs dont elles servent la réalisation.


 

AMMEJ - C. Leteinturier


Médiapolis - J. Jouët


RSCE - J.-B. Comby


Centre d'Analyse et de Recherche Interdisciplinaire sur les Médias - Institut Français de Presse
5/7, avenue Vavin - 75006 PARIS | Tél. : + 33 (0) 1 55 42 50 21