Aller à l'en-tête Aller au menu principal Aller au contenu Aller au pied de page
Accueil - Equipe - Focus sur l'actualité du Carism - Intellectuels et médias : impact de la digitalisation des formes d’engagement et de débat public

Intellectuels et médias : impact de la digitalisation des formes d’engagement et de débat public

Équipe
Intellectuels et médias : impact de la digitalisation des formes d’engagement et de débat public
colloque_bucarest.jpg
Afficher dans "A propos": 
Oui
Du 31 octobre au 2 novembre 2019, quatre chercheurs du CARISM ont eu la chance de participer au XXIVème colloque franco-roumain en SIC qui se tenait à Bucarest. Organisé, à l’initiative de Camelia Cusnir, par la Faculté de Journalisme et des Sciences de la Communication de l’Université de Bucarest en collaboration avec le laboratoire CARISM, cette manifestation scientifique visait à interroger la définition de l’intellectuel, de son champ d’intervention, de ses formes d’engagement et des modalités de sa prise de parole dans l’espace public numérique, ainsi que les transformations du débat public liées à l’apparition, dans les médias numériques, d’acteurs concurrents des intellectuels classiques. Les travaux francophones sur le sujet sont encore rares et les conférences, communications et interventions proposées au cours des trois journées de travail ont ouvert des pistes de réflexion intéressantes.

La première journée du colloque s’est déroulée à la Faculté de droit de l’Université de Bucarest. Dans sa conférence inaugurale, Rémy Rieffel a mis en exergue les reconfigurations idéologique, économique et technologique du débat intellectuel en France depuis 1989 et analysé leurs effets tant sur les modalités de production et de diffusion des idées que sur les formes d’engagement et de prises de parole à l’ère numérique. Deux sessions parallèles, co-présidées par deux enseignants-chercheurs roumain et français, ont ensuite respectivement abordé « la redéfinition de l’intellectuel et du champ intellectuel dans l’écosystème numérique » et « les nouvelles formes d’engagement et de débat dans un espace public digitalisé ».

bucarest_bibliotheque.jpg

La deuxième journée du colloque avait lieu à la Faculté de Lettres de l’Université de Bucarest, dans la superbe Salle de Lecture de la Bibliothèque et dans la Salle du Conseil. Après une conférence de Laurent Martin sur l’ambivalence des relations entre intellectuels et médias au XXème siècle et la rupture provoquée par le passage de « l’ère du livre et de l’imprimé » à « l’ère de la télévision et de l’image », les deux sessions parallèles de la matinée ont poursuivi la réflexion sur les nouvelles formes d’engagement et de débat dans l’espace public numérique. Intervenant dans l’une d’elles, Agnès Granchet a tenté de montrer comment les médias numériques avaient contribué à un renforcement de la liberté d’expression des intellectuels français, tout en exacerbant l’anti-intellectualisme en ligne et la haine exprimée sur les réseaux par certains « nouveaux réactionnaires ».

 

Les intellectuels roumains étaient au cœur de la conférence plénière donnée, en début d’après-midi, par le Professeur Mihai Dinu Gheorghiu qui a évoqué le changement de leur statut, produit depuis 1989 par le développement de l’enseignement universitaire, la professionnalisation du statut des journalistes et la libéralisation des médias en Roumanie, mais aussi les difficultés persistantes de la politisation et les divisions générationnelles du champ intellectuel roumain.

bucarest3.jpg

Les deux dernières sessions parallèles portaient sur « les intellectuels face aux médias et l’émergence de nouveaux acteurs concurrents ». Dans le cadre de l’une d’entre elles, plus spécifiquement consacrée aux relations entre artistes et médias numériques, Lucie Alexis a montré, à partir d’une analyse sémio-discursive d’une sélection d’éléments audio-scripto-visuels du site de l’émission Des mots de minuit, comment la médiation audiovisuelle pouvait, par la place réservée aux artistes dans la politique éditoriale, par un dispositif d’entretien basé sur l’écoute et la « scénographie » et par la production de « paratexte » mettant en avant la dimension politique de l’artiste, contribuer à la construction de la figure de l’artiste en intellectuel.

 

bucarest_4.jpg

Chargée, dans la même session, d’interroger les interventions de philosophes relatives au numérique dans la revue art press, Flore Di Sciullo a, par l’analyse des dispositifs et récurrences discursives de quatre numéros hors-série consacrés à Internet, clairement mis en évidence « un discours déconnecté », révélateur de la défiance, voire de l’opposition de la revue au numérique.

 

 

bucarest5.jpg

La dernière journée du colloque, organisée à l’Institut français de Bucarest, a commencé par la projection, en présence de deux de ses réalisateurs, de fragments du film Portavoce. Ce documentaire évoque le développement récent, dans la jeunesse roumaine, d’une culture de protestation et l’émergence d’une identité collective forgée en trois vagues successives de mobilisations, sous l’influence de leaders, artistes ou musiciens, issus de la sphère alternative de Bucarest.
Le film a ensuite été discuté au sein d’une table ronde réunissant des universitaires roumains et français autour de la question de la place des artistes et des intellectuels dans l’espace public et médiatique. Le colloque s’est achevé par l’intervention de l’artiste roumain Dan Perjovschi qui a présenté son travail, les différents modes d’exposition de ses dessins dans la presse, dans des espaces physiques (murs, musées) et sur les réseaux sociaux numériques et la façon dont ils avaient pu contribuer au processus de démocratisation en Roumanie à partir de 1989.
 

bucarest_6.jpg

Ponctuées d’agréables moments de convivialité, ces trois journées de travail ont été propices aux échanges scientifiques et aux discussions amicales entre collègues français et roumains.Le temps a parfois manqué pour les questions et les débats après les conférences plénières et au sein des différentes sessions. Mais les actes du colloque devraient faire l’objet d’une publication et le rendez-vous est déjà pris l’année prochaine à Iasi pour le XXVème colloque franco-roumain en SIC sur la thématique de la diversité culturelle.

Icône PDF programme_24e_colloque_franco-roumain_intellectuels_et_medias11.pdf